Journées de vacances La rue de la Boucherie...

Jules Claretie, Journées de vacances, E. Dentu, 1886, p. 383-385.

La rue de la Boucherie est affreuse ! Quand la détruira-t-on ? C’est ici le cri général. Les bouchers seuls ne le poussent point.
[...] Une ruelle étroite, descendant en pente vers une sorte de petite place, une rue bordée d’étaux sinistres, rue qui s’appelait encore, il y a quelques années, du vrai nom qu’elle mérite, la rue Torte, des maisons de bois hérissées de crocs où pendent des viandes dont le sang tombe goutte à goutte au ruisseau, des devantures sombres, des poutrelles enfumées que recouvrent, dans ces jours d’été, des marquises d’un linge jaune et maculé, semblables aux tendidos espagnols.

Un coin de ville d’Asie, des intérieurs sombres qu’eût aimés Rembrandt, le fourmillement singulier d’une rue de Naples et l’horreur d’un charnier oriental. On se croirait en plein moyen âge. On se heurte à des moutons éventrés, écorchés, à des tas horribles et puants. [...]

Ce quartier des Boucheries est une ville dans une ville. Il semble que les bouchers aient des franchises et des mœurs spéciales. Vivant là d’une vie en quelque sorte séparée, ils composent une sorte d’aristocratie toute puissante, l’aristocratie de l’étal.

Jules Claretie, Journées de vacances (La rue de la Boucherie...)

L’œuvre et le territoire

De façon à la fois acerbe et pittoresque, Claretie dépeint la rue de la Boucherie, dont il souligne l’ambiance sombre, et plus globalement l’activité bouchère en ce qu’elle est génératrice d’odeurs et de scènes mortifères peu engageantes. La scène dénote déjà dans un Limoges en cours de modernisation, au point que les lieux lui paraissent davantage ressembler aux quartiers populaires d’une ville lointaine...

La rue de la Boucherie a porté le nom de rue Torte jusqu’au début du XIXe siècle, et plusieurs ruelles voisines continuent de porter des noms très anciens, témoignage de la grande permanence du quartier de la Boucherie à travers l’époque contemporaine. La rue du Canal tient par exemple son nom du ruisseau creusé pour évacuer le sang des animaux abattus.

À propos de Journées de vacances

Je rassemble aujourd’hui, glanant parmi les feuillets oubliés, quelques souvenirs des excursions d’autrefois, sans avoir la prétention de donner ici autre chose que les sensations d’art d’un Parisien en voyage.

Jules Claretie, préface des Journées de vacances, E. Dentu, 1886.

Quand ses obligations mondaines et professionnelles parisiennes lui en laissent le temps, Jules Claretie voyage en France et en Europe. Il en consigne ici quelques souvenirs choisis, à travers vingt-cinq chapitres qui emmènent le lecteur au Mont Saint-Michel, à Londres et à Jersey — où il retrouve des exilés du coup d’État du 2 décembre 1851, notamment Victor Hugo —, dans le Jura suisse ou encore à Limoges, sa ville natale.

Localisation

Également dans Journées de vacances