Un peu de bleu dans le paysage La petite ville en quoi le monde a consisté...

Pierre Bergounioux, Un peu de bleu dans le paysage, Éditions Verdier, 2001, p. 43-44.

© Éditions Verdier

La petite ville en quoi le monde a consisté, d’abord, pour moi, flottait dans les profondeurs enchevêtrées de la durée. Le centre, délimité par le tracé de l’enceinte abattue, avait été remanié par la IIIe République. Celle-ci, en sa jeune vigueur, avait percé en étoile quatre ou cinq grandes rues flanquées de bâtisses à deux ou trois étages, sans fioritures, au grès bis coiffé d’ardoises. Entre leurs branches divergentes subsistaient des enclaves hétéroclites, des taudis à colombages aux murs de torchis, des aires de démolition jonchées de gravois, de débris, l’hôtel particulier d’une dynastie de robins qui abritait la vie associative, quelques demeures d’avocats ou de notaires de l’Empire ou de la Restauration, très amples, aux volets toujours clos, qui servaient de remise aux services de la voirie, de refuge aux chats maigres, aux hiboux, aux errants.

C’est durant l’entre-deux-guerres que l’agglomération avait franchi le boulevard circulaire avant de s’immobiliser. Elle avait rejoint, au sud, la caserne d’infanterie aux murs hauts de trois mètres, garnis de tessons de bouteilles, les maisonnettes plantées dans les jardins, un manoir ruineux et la ferme attenante, au nord de l’esplanade conquise par un ancien marais, près de la rivière. Tout cela s’était fait sans dessein véritable, dans la confusion et le laisser-aller de l’intermède qui sépare les deux conflits. On avait pioché, pour bâtir, dans les bancs d’ardoise proches, exploité la roche sombre des gorges de la Corrèze, en amont, la craie du causse voisin, monté des briques, coulé le béton qu’on n’expédiait pas vers l’est pour édifier la ligne Maginot, qui n’avait servi à rien. Il y avait eu l’invasion, la défaite, l’occupation, les jours noirs, la décennie, à peu près, durant laquelle la vie avait été suspendue, enténébrée.

Pierre Bergounioux, Un peu de bleu dans le paysage (La petite ville en quoi le monde consistait...)
© Éditions Verdier

À propos de Un peu de bleu dans le paysage

Au début de la Gaule romaine à la fin du deuxième millénaire, la zone imprécise, plissée, qui sépare l’Auvergne de l’Aquitaine a vécu séparée. De là les sombres permanences, les bizarreries, les particularités qu’on pouvait, tout récemment encore, y observer. Lorsque le mouvement, le présent, l’ont tirée du sommeil, elle n’a pas hésité. Elle s’est retirée sans bruit, les yeux ouverts, dans le passé.

(Éditions Verdier)

Bonus

  • MP3 - 2.6 Mo
    Pierre Bergounioux lit Un peu de bleu dans le paysage (La petite ville en quoi le monde consistait...)
    Enregistrement : CRL en Limousin.
    © Éditions Verdier

Localisation

Également dans Un peu de bleu dans le paysage