Monet, Eaux-Semblantes, l’imprévu exact La Petite Creuse

Jean-François Demeure, Monet, Eaux-Semblantes, l’imprévu exact, DVD accompagnant l’ouvrage Monet en Creuse. Le printemps d’une méthode, Culture & Patrimoine en Limousin, 2011.

© Culture & Patrimoine en Limousin, Jean-François Demeure
https://vimeo.com/99922106
© Culture & Patrimoine en Limousin, Jean-François Demeure

L’œuvre et le territoire

Dans cette extrait, la caméra est posée sur la rive droite de la Petite Creuse, en regardant vers l’amont. Monet a réalisé plusieurs œuvres de ce point de vue, dont plusieurs du fameux chêne effeuillé — aujourd’hui disparu. Dans cette séquence, on peut entendre des extraits de lettres de Monet à Alice.

À propos de Monet, Eaux-Semblantes, l’imprévu exact

Jean-François Demeure propose avec le film Monet, Eaux-Semblantes, l’imprévu exact — associé à son livre Monet en Creuse. Le printemps d’une méthode — sa recherche des lieux où Claude Monet a posé son chevalet lors de son passage à Fresselines en 1889.

Le projet n’est pas une recherche historique, ni la restitution anecdotique du séjour d’un homme dans un pays. Le projet est documentaire — dans le sens premier — « ce qui sert à instruire ». Instruire le Voir ; voir comment le séjour en notre œil de la vision d’un peintre, Monet, tient lieu et fonde un paysage. « Notre perception esthétique de la nature est toujours médiatisée par une opération artistique. » Alain Roger, Le génie du lieu, in Le sens du lieu, éditions Ousia – Bruxelles 1996 - p.100

(Jean-François Demeure)

Ce film est une œuvre en soi dans lequel l’artiste veut rendre justice à Monet qui est le premier à prendre en compte la temporalité grâce à sa méthode des séries. Ce rapport au temps est également essentiel dans l’œuvre de Jean-François Demeure. Les vingt-trois œuvres de Monet sont les vingt-trois points de vue sur lesquels le film est construit.

Il ne s’agit pas de tenter une reconstitution des lieux tels que Monet les a vus et peints, car la plupart des sites ont été transformés par le temps et l’action des hommes. Le barrage sur la Creuse a profondément modifié le cours de celle-ci et la déprise rurale a laissé le sommet des reliefs, autrefois sans végétation arborée, se couvrir d’arbres. Aucun parcours à l’identique serait raisonnablement crédible sauf à en marquer les différences. Mais le projet n’est pas comparatiste. Analogue est le processus d’élaboration.
Plus que de situer les cadres du film in situ, dans les espaces parcourus par Monet, le projet vise à documenter la lumière et son instantanéité, de visu. Le protocole de travail sera similaire à celui du peintre : l’espace comme lieu d’une visibilité du temps par la lumière (et par le son).
Faire une méthode de ce qu’il qualifie « l’imprévu exact ».

(Jean-François Demeure)

Localisation

Également dans Monet, Eaux-Semblantes, l’imprévu exact