La Ligne

Pierre Bergounioux, La Ligne, éditions Verdier, 1997.

Une œuvre

L’œuvre et le territoire

La ligne est double ici : celle du pêcheur à la mouche avec toute la belle ambiguïté d’une part de sa face aérienne, le vol de la mouche, d’autre part de son immersion dans la profondeur des eaux de la Dordogne ; c’est aussi la ligne de vie, tellement fragile et précieuse lorsque les cuissardes se remplissent d’eau et que le pêcheur perd du terrain et est happé vers le profond.
C’est cette expérience de la mort juste évitée que le texte donne, puis hausse à une compréhension de ce qu’est la vie.

(Éditions Verdier)