La Vengeance de Mademoiselle Jin La légende de la tour du Diable

Véronique Bréger, La Vengeance de Mademoiselle Jin, Les Ardents Éditeurs, 2011, p. 287-289.

© Les Ardents éditeurs

Elle examina plus en détail les illustrations qu’elle venait de réunir. L’une des tours du château, nommée tour du diable, semblait être désignée pour être la prochaine étape de ses pérégrinations. Il s’agissait plus exactement de s’enfoncer sous l’édifice, via un escalier taillé dans la roche. Si elle se référait à ce qu’elle avait entendu lors de sa visite, l’accès se situait sous le niveau de la cour, pour autant et selon les dires de la guide, le château ne disposait n’y d’oubliettes ni de souterrains. La jeune femme leur avait conté la légende datant de 1227 d’après laquelle Satan se serait déguisé en gentilhomme afin de séduire la fille du seigneur de l’époque. Ayant reconstruit en une nuit la fameuse tour détruite par un tremblement de terre en échange de la jeune vierge, il était prêt à prendre possession de son présent, quand une gerbe d’eau bénite l’avait confondu. Il s’était alors volatilisé dans les entrailles de la Terre en régurgitant flammes et blasphèmes. Il y a toujours une part de vérité dans les légendes, songea Jin Mei Yan en regagnant le perron principal. Disparaître dans les sous-sols offrait une traduction tangible à la fable.

Véronique Bréger, La Vengeance de Mademoiselle Jin (La légende de la tour du Diable)
© Les Ardents éditeurs

L’œuvre et le territoire

Jin Mei Yan, membre d’une puissante triade, est déterminée à percer à jour le secret que renferme le château de Coussac-Bonneval. C’est grâce à la légende de la tour du Diable, datant de 1227, qu’elle parviendra à ses fins.

À propos de La Vengeance de Mademoiselle Jin

La Vengeance de Mademoiselle Jin est le deuxième tome d’une trilogie de Véronique Bréger publiée chez les Ardents Éditeurs.
Le récit de ce roman mêle les aventures du Pacha Bonneval en Turquie en 1739 et une quête mystérieuse de nos jours.

Hiver 1739 : Les grandes familles royales du vieux continent s’entre-déchirent pour asseoir leur souveraineté et leur puissance. Des alliances se nouent, des complots se trament. A l’est des frontières occidentales, les forces ottomanes fourbissent leurs armes. C’est dans ce contexte détonnant qu’un navire en flamme s’échoue aux abords d’un village turc de la mer Noire. A son bord, un émissaire porteur d’un message qui pourrait bouleverser la donne.

Après La Nuit des Orpailleurs, on retrouve le personnage atypique d’Évi Marc, jeune détective privée parisienne, missionnée par les services secrets français pour récupérer une icône du XVIIIe siècle en Grèce. Marquée à jamais par son premier séjour en Limousin et résolue à ne plus y retourner, Évi est loin de se douter que l’énigme qui se cache derrière cette icône l’y ramènera et plus particulièrement au château de Coussac-Bonneval.

Un groupe de janissaires surgis du passé. Un gentilhomme français grand aventurier et visionnaire. Un richissime homme d’affaires prêt à tout pour parvenir à ses fins. Un faux moine téméraire et fidèle. Une redoutable triade. Évi Marc aura fort à faire si elle souhaite… rester en vie !

(Les Ardents Éditeurs)

Localisation

Également dans La Vengeance de Mademoiselle Jin