La Chanson de Combraille La Fée de Leyrat

Paul-Louis Grenier, Òbra poetica occitana, Edicions dau Chamin de Sent-Jaume, 2001, p. 76-77.

© Edicions dau Chamin de Sent-Jaume

La Fada de Lairac

El chastel de Lairac, dont las mudas ruinas
s’eirissan de serps sos los pas daus buschairons,
chasca nueit ven dormir una fada aus piaus ros.
Tot lo jorn ela cor, invesibla, rabinas,
brandas e puegs o chamina en los airs.
A las vetz, fasent sos repairs
de l’asur ardent o trembla
l’aura d’estiu,
ela sec l’alauva que sembla
volar dusc’au solelh per i bastir son niu.
Ela avisa laòrs lo país de Combralha,
sas ribieras, sos rius o lo còrb se miralha,
sas combas e sos bòscs e sos estanhs prionds,
sas brugieras, sos bus e sos boissons d’argfuelha
enormes e redonds.
Ela vei los rochiers o lo lusert somelha,
los donhons mieg crotlats o floreta l’abelha
e los mas brigissents de chançons e de crits.
Uei, près daus plais, los ragats rejauvits
disputan una mora a las burgaudas
o coronan de joncs lors chabeças neiraudas ;
permieg las corts rison de las braiaudas,
ambe un cibre de lait revenon d’ajostar.
Daus garç agusan lo volam clar
o graissan la ròda que bralha
o parlan a lors buòus liats.
Maduras son las espijas daus blats,
e, davant les maisons aus darriers teits de palha,
las fialairitz darrieras de Combralha
dison de vielhs mots doç e fòrts.
De l’aut daus airs tristament las escota
la fada regretant los atges mòrts ;
tant sovent lor veguda l’a touta
a la jòia o aus conòrts,
tant sovent los regards d’estas femnas semblavan
cridar : « Son mòrts,
los temps daus chavaliers, o las reinas fialavan ».

Paul-Louis Grenier, La Chanson de Combraille (La Fée de Leyrat)
© Edicions dau Chamin de Sent-Jaume

L’œuvre et le territoire

L’auteur évoque ici la fée du château de Leyrat, ainsi que le monde paysan en déclin de ce hameau. L’œuvre fait en vérité allusion à un château en ruines des Xe et XIe siècles, aujourd’hui appelé « château de Barbe-Bleue », situé près de la Voueize, en aval du village de Chambon.

Aujourd’hui complètement envahi par la végétation, ce lieu énigmatique a fait l’objet de nombreuses légendes, expliquant sans doute qu’on lui attribue le nom du héros de Charles Perrault, qui a notamment inspiré le compositeur hongrois Béla Bartók pour son opéra Le Château de Barbe-Bleue (1911).

À propos de La Chanson de Combraille

La Chanson de Combraille (La Chançon de Combralha) est l’un des cinq volumes de poèmes de Paul-Louis Grenier. Vingt textes composent cet ensemble, proposant un portrait parfois onirique et souvent bucolique de la Combraille, mobilisant également de nombreuses références qui ont fait l’histoire de ce territoire qui se partage entre le Puy-de-Dôme, l’Allier et la Creuse dans sa partie orientale.

Localisation

Également dans La Chanson de Combraille