La Creuse

© label kaon
MP3 - 8.8 Mo
Cédric Peyronnet & Éric La Casa, La Creuse
© label kaon

L’œuvre et le territoire

Éric La Casa accompagne Cédric Peyronnet sur ce projet : ensemble, ils explorent la zone géographique et géométrique que constitue le confluent des deux Creuse.

Notre projet d’écoute se définit d’abord comme une représentation sonore d’un environnement déterminé – un triangle cartographique au sein du département de la Creuse.

Nous cherchons à travailler sur cette notion de territorialité des sons, ce que l’on peut appeler une géophonie. Par un arpentage sonore dans l’étendue définie, ce projet initie à sa mesure par l’écoute. Tout le dispositif implique une dématérialisation pointilliste des terrains. Les points de levé nous servent à tracer de nouvelles cartes dérivées. Nous passons ainsi de la carte-image à la carte-son par l’écoute de territoires spécifiques.
Notre but n’est pas de substituer le son à l’image, mais de composer le paysage à partir de ce que nous donne à voir la carte et ce que nous offre à écouter le terrain.

En travaillant sur la question de la mesure, le sonore analyse ce qui fait paysage. Comment le sonore peut-il déchiffrer le monde et objectiver le réel ? Sans participer à la fabrique de ce sentiment d’admiration propre à notre façon de voir, le sonore peut-il déjouer les a priori de notre sensibilité au paysage ?

Méthodologie

Cédric Peyronnet et Éric La Casa travaillent depuis des années avec l’environnement sonore. Ils ont construit, au fil des années, des approches musicales singulières à partir de leur recherche sur le terrain — et sur la prise de son. Ici, la recherche s’effectue sur un territoire géographique repéré par Cédric Peyronnet.

En juillet, nous définissons ensemble un périmètre de captations à partir de la rencontre de deux rivières : la Petite Creuse et la Creuse. Un triangle cartographique se dessine, comme la zone limite des relevés.
À chaque site d’enregistrements, chacun déploie ses stratégies de prises de sons. Il s’agit d’un projet d’écoute à deux où chacun développe ses propre techniques d’auscultation du terrain.
À partir de cette collecte et donc de la banque de sons constituée en juillet, plusieurs options de formalisation s’offrent à nous.

Localisation