Voyages en France en 1787, 1788 et 1789 8 juin 1787 : La beauté du pays

Arthur Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, Armand Colin, 1931, p. 100-101 (disponible sur Gallica).

La beauté du pays, qui, entre Saint-George et Brive, s’étend sur 34 milles, est si variée, et à tous égards, si frappante et intéressante, que je ne m’attacherai pas à une description particulière ; je ferai observer, en général, que je doute fort qu’il y ait rien de comparable en Angleterre ou en Irlande. Il ne s’agit pas d’une belle vue, qui, de temps en temps, arrête l’œil et compense pour le voyageur la monotonie d’un long parcours, mais bien d’une rapide succession de paysages, dont beaucoup seraient rendus célèbres en Angleterre par le concours des voyageurs allant les visiter. Le pays est tout en collines et en vallées ; les collines sont très hautes et chez nous, seraient appelés montagnes, si elles étaient incultes et couvertes de bruyères ; mais, étant cultivées jusqu’à leur sommet, leur grandeur semble un peu diminuée, pour notre vue. Leurs formes sont variées ; elles se dressent en superbes dômes ; elles se projettent en masses abruptes, qui enserrent des gorges profondes ; elles se déploient en amphithéâtre de terres cultivées, dont l’œil perçoit les gradins ; en quelques endroits, ce sont, à la surface, des inégalités ; dans d’autres, l’œil se repose sur des coins de la plus douce verdure. Ajoutez à tout cela la riche robe, avec laquelle la main prodigue de la nature a paré les pentes, que surplombent des bois de châtaigniers. Et, soit que les vallées ouvrent leurs seins verdoyants et permettent au soleil d’éclaircir les rivières, dans leur repos relatif, soit qu’elles se resserrent en gorges profondes, livrant difficilement un passage à l’eau, qui coule sur un lit de rochers et réjouit l’œil par le lustre des cascades, ce sont toujours des scènes intéressantes et caractéristiques. Des vues d’une singulière beauté nous rivent au sol ; vraiment unique est la vue de la ville d’Uzerche, couvrant une montagne conique, au-dessus de laquelle se dresse un amphithéâtre boisé et qu’entoure à ses pieds une belle rivière. Derry, en Irlande a un peu la même configuration, mais quelques-uns des plus beaux traits de ce site lui font défaut. De la ville même et immédiatement après qu’on l’a dépassé, les jeux de l’eau sont délicieux. L’immense vue que l’on a en descendant sur Donzenac est également magnifique. Et avec, tout cela, la plus belle route du monde, établie de la façon la plus parfaite, admirablement entretenue, semblable à une allée soignée de jardin, sans poussière, sable, pierres ou inégalités, ferme et nivelée, faite de granit écrasé, et tracée de façon à dominer toujours le paysage, de sorte que, si l’ingénieur n’avait pas eu d’autre objectif, il ne l’aurait pas construite avec un goût plus accompli.

Du haut de la colline, la vue de Brive est si belle que l’on s’attend à trouver une charmante petite ville, et le charme des environs vous confirme dans cet espoir ; mais, quand on y entre, la déception est de nature à vous inspirer un complet dégoût. Des rues étroites, mal bâties, sales, puantes, privent de soleil et presque d’air les maisons ; il n’y a pas d’exception à faire pour quelques-unes d’entre elles sur la promenade qui sont passables.

Arthur Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789 (La beauté du pays...)

L’œuvre et le territoire

Dans cet extrait, Arthur Young décrit « la beauté des paysages » qu’il traverse ainsi que l’état des routes entre Saint-George et Brive. Arrivée à Brive-la-Gaillarde, sa déception est grande face aux charmes des environs.

À propos de Voyages en France en 1787, 1788 et 1789

En 1792, Arthur Young publie en trois volumes le récit des trois voyages qu’il effectue à travers la France entre 1787 et 1789.
Il s’attarde principalement sur la culture, la richesse, les ressources des régions, leurs particularités et leurs activités. Observateur minutieux des techniques agricoles, il l’est également de l’état du réseau routier, des auberges, des mœurs et des mentalités de la société française à l’époque des événements de 1789. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le tableau qu’il dresse des campagnes françaises à la fin de l’Ancien Régime est peu flatteur. Il ne se livre pas proprement à une description du paysage mais s’en rapproche si on le compare à La Fontaine.

C’est en 1787 – à cheval – que le britannique traverse le Limousin. Il commence son périple à Argenton, avant de s’enfoncer dans le Bas-Berry, de traverser Limoges et de continuer vers le Sud.
Arthur Young semble être un des premiers à relater les attraits du paysage limousin. Compris à travers un regard sensible et esthétique, le Limousin dispose d’un potentiel pictural que les artistes n’ont qu’à exploiter. En entrant dans l’ancien comté de la Marche, dont la capitale est Guéret, il remarque d’ailleurs que « Pour faire de ce site un jardin, rien ne manque que de déblayer les décombres ».

Bonus

  • MP3 - 2.9 Mo
    Nadine Béchade lit cet extrait des Voyages en France en 1787, 1788 et 1789 (La beauté du pays...) d’Arthur Young
    © FILL

Localisation

Également dans Voyages en France en 1787, 1788 et 1789