L’Abbessaille et le Rajat en 1901

Huile sur toile.
Collection : musée des Beaux-Arts de Limoges.

Paul-Laurent Courtot, L’Abbessaille et le Rajat en 1901
Photo : Frédéric Magnoux
© Musée des Beaux-Arts de Limoges – Palais de l’Évêché

L’œuvre et le territoire

La prédilection de Paul-Laurent Courtot pour ce quartier (près de 40 toiles sont répertoriées) est la conséquence des chantiers nombreux qui y régnaient alors : son insalubrité obligent en effet les autorités municipales à améliorer les conditions de vie de ses habitants — seulement évoquées ici par quelques draps séchant aux fenêtres — et à concevoir un nouvel urbanisme, souvent au détriment du pittoresque.

Localisation