La Folie des solitudes Je l’ai emmenée à Châteauneuf...

Geneviève Parot, La Folie des solitudes, Gallimard, 2009, p. 166-168.

© Éditions Gallimard
Tous les droits d’auteur de cette œuvre sont réservés. Sauf autorisation, toute utilisation de l’œuvre autre que la consultation individuelle et privée est interdite.
MP3 - 2.1 Mo
Cet extrait de La Folie des solitudes (Je l’ai emmenée à Châteauneuf...) lu par Geneviève Parot
Enregistrement : CRL en Limousin, 2010.
© Éditions Gallimard
Tous les droits d’auteur de cette œuvre sont réservés. Sauf autorisation, toute utilisation de l’œuvre autre que la consultation individuelle et privée est interdite.

L’œuvre et le territoire

Cet extrait, qui se trouve dans la dernière partie du roman, décrit à la fois le panorama d’un paysage limousin et les sentiments que ce paysage inspire.

À propos de La Folie des solitudes

Il a fait ce que font les hommes. Il est né, il a vécu, il a couru dans les chemins, criant après le vent, après ses bêtes, après le sort, remâchant son enfance, buvant des vins mauvais, braconnant dans la nuit, menant des filles au bal qui avaient peur de lui, bramant, riant, pleurant, et se taisant soudain, effrayé de ses propres pensées. Il a été de ce monde-là. De cela seul je suis sûre.

(Geneviève Parot, Gallimard)

La Folie des solitudes est le deuxième roman de Geneviève Parot. Pour la trame de ce récit, elle s’inspire librement d’un fait divers de parricide survenu dans l’Est de la Creuse dans les années 1920.

Localisation

Également dans La Folie des solitudes