Immeuble des P.T.T.

© Droits réservés
Louis-Charles-Henri Geay, Immeuble des PTT
Photo
© DRAC Nouvelle-Aquitaine

L’œuvre et le territoire

Cet immeuble est construit dans le cadre du réaménagement du quartier du Verdurier, démoli à partir de 1913, lors du percement de la rue Jean-Jaurès.
Son auteur, Louis-Charles-Henri Geay est architecte des P.T.T. Le bâtiment est mis en service vers 1931. L’économie des réalisations est liée à la rigueur de l’après-guerre et se marque par l’emploi de nouveaux matériaux tels que le béton moulé et la brique.

La poste est, par le traitement architectural de ses façades et par la géométrisation des formes adoptées, typique de la sobriété du style art déco. Dans ce contexte, la brique est utilisée comme un matériau traditionnel dans un souci esthétique résolument moderne. Le décor est uniquement assuré par la qualité des proportions architecturales, le jeu sur les couleurs (opposition entre le parement de briques claires et les bandeaux blancs surlignant les travées des baies) et l’appareillage des briques à l’origine de textures diverses (posées en diagonale, en damiers et en denticules).

La façade principale sur cinq niveaux est construite en retrait et comporte, autour d’une cour, deux pavillons d’angle. Une façade en béton ferme la cour. Elle est rythmée par deux portails, de larges baies rectangulaires où s’insèrent des grilles ouvragées aux motifs géométriques (portant le signe « PTT »), et le contraste entre béton blanc et béton granité marron. Les pignons animent cette façade et contrastent par leur verticalité. La présence d’avant-corps d’angle sur encorbellement, dominant la terrasse, terminés par des petits pignons aveugles à redents, attire l’œil du passant vers le ciel.

En 2002, l’immeuble a été transformé en résidences et labellisé « Patrimoine du XXe siècle ».

Localisation