Le Vin des vendangeurs Ils sortirent...

Robert Margerit, Le Vin des vendangeurs, Éditions Colbert, 1946, p. 14-15.

© Luc Arrou, Marie-Paule Desmoutiers Menard

Ils sortirent ensemble. Un soleil pâle se glissait à travers les rues embuées. Toutes les perspectives étaient bleues. Les toits de tuiles y prenaient un velouté de pastel.

Sur la place de la République, Léomont leva la main : « Mon atelier est là-haut, montez ; je vous montrerai des toiles ».

Midi sonnait à Saint-Michel ; Lazare trouva dans ce bruit de bronze qui descendait lentement sur les couches de l’air froid, une bonne raison de refuser. Pourtant l’envie de pénétrer dans l’intimité d’un artiste l’aiguillonnait ; mais il y avait Meillan, il y aurait là-haut les regards de Meillan ; les oreilles de Meillan toujours à l’affût des enthousiasmes, et ensuite ses railleries, son ironie.

Un sourire amusé joua sur les lèvres du jeune peintre tandis qu’il regardait les deux camarades si dissemblables gravir l’escalier de la rue Saint-Martial. Celle-ci était pleine de gens qui, au pas lent des dimanches, remontaient de la messe « chic » à Saint-Pierre-du-Queyroi, ou de l’apéritif à l’Univers. Une écaillère installée dans une guérite clayonnée, criait : « La belle Marennes ». Parmi les nacres et les vert-de-gris de son étal, des citrons éclataient d’un jaune acide qui charmait l’œil de Léomont. Ce mouvement des rues avec les devantures bariolées parmi des fonds grisâtres sous ce ciel voilé, cette vie fourmillante de tons mêlés qui se dispersent ou se condensent et toujours se composent à merveille autour des taches virulentes des enseignes et des affiches, c’est ce qu’il aimait voir et peindre. Ce matin, sous ce soleil presque printanier au cœur de l’hiver, il trouvait à ce spectacle une saveur plus caractérisée dans ses effets, quoique vague dans son essence : une promesse et une certitude à la fois.

Robert Margerit, Le Vin des vendangeurs (Ils sortirent...)
© Luc Arrou, Marie-Paule Desmoutiers Menard

L’œuvre et le territoire

Sylvain Lazare et André Meillan sont les élèves du peintre Léomont, leur aîné de quelques années. Le Café de l’Univers se situait carrefour Tourny, à l’extrémité du boulevard Carnot et de l’avenue Garibaldi.

À propos de Le Vin des vendangeurs

Bien qu’il soit paru en 1946, Le Vin des vendangeurs a été conçu et ébauché beaucoup plus tôt. Dans ce roman d’apprentissage qui se déroule à Limoges, l’accent est mis principalement sur deux jeunes étudiants qui cherchent leur voie, Sylvain Lazare dans la peinture et Philippe Mora dans l’écriture. On retrouve ainsi avec intérêt les deux facettes de Robert Margerit qui oscilla entre ces deux passions.
Parallèlement se poursuit leur « éducation du cœur et des sens » auprès de personnages féminins qui annoncent les romans à venir : la femme mûre, « païenne et intelligente », la jeune femme vénéneuse et exclusive, mais aussi la jeune fille encore candide qui promet un bonheur simple.

Localisation

Également dans Le Vin des vendangeurs