Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon Il se retira à Beaumartys...

Martin Nadaud, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Bourganeuf, A. Duboueix, imprimeur-libraire, 1895, p. 56-57 (disponible sur Gallica)

Il se retira à Beaumartys, où il était né en 1775, village situé sur un plateau formé par trois hautes montagnes, et si isolé que personne ne cherche à y habiter sauf ceux qui y sont nés. On montre sur le versant d’une de ces montagnes, voisines de mon village un ouvrage de terrassement qu’il commença à 60 ans, qui ferait peur à entreprendre aux plus hardis de nos terrassiers. Là, où il n’y avait que marécages, ronces ou rochers, on y voit une prairie des plus fertiles, arrosée par de magnifiques sources ; c’est là , après ma nomination comme représentant du peuple, que je trouvai mon compagnon, grignotant un morceau de pain sec, prenant et reprenant sa tranche, sa pelle ou sa pince, et remuant de gros morceaux de pierres.
Il s’était pourtant retiré avec 27.000 francs.

Martin Nadaud, Les Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon (Il se retira à Beaumartys...)

L’œuvre et le territoire

Martin Nadaud évoque ici un ancien maçon creusois qui, malgré ses économies, se retire à Beaumartys, lieu isolé et accidenté qu’il s’attache tout de même à façonner, à transformer, à rendre plus vivable.

Cet extrait annonce déjà le combat qu’il mènera, une fois député, en faveur des ouvriers et plus particulièrement celui sur la mise en place de caisses de retraite. Il dépose en effet un projet de loi à ce sujet en 1879 (voir Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, p. 426) :

Je ne me lassai pas. Je m’étais promis si souvent, pendant mes années d’exil, de ne jamais oublier la triste condition du peuple, que jamais je ne passais le moindre instant sans songer à l’accomplissement de mes devoirs autrement j’avais du remords et il me semblait que je ne gagnais pas l’argent qu’on me donnait. Aussi, je me hâtai de déposer un projet de loi pour la création d’une caisse nationale de retraites pour la vieillesse.

D’accord avec Charles Floquet, Amédée Lefaure, Clémenceau et d’autres de mes collègues, je fis cette proposition dans la séance du 11 Décembre 1879.
Dans le libellé, je disais : « La question ouvrière envisagée sous toutes ses formes, intéresse non seulement les travailleurs manuels de l’industrie et de l’agriculture mais encore la nation entière. » J’ajoutais qu’un regard, tant soit peu attentif, sur le sort des classes ouvrières, démontre que, s’il est vrai qu’un certain nombre de travailleurs habiles et robustes réussissent, à force de privations de tous genres, à se mettre à l’abri des malheurs et des infirmités de la vieillesse, il n’en est pas moins exact d’affirmer que la très grande majorité de nos concitoyens en est réduite à avoir recours à l’assistance publique et à demander le pain de l’aumône, sur leurs vieux jours.

À propos de Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon

Avec les Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, intitulées ainsi en hommage à son père, Martin Nadaud propose en réalité son autobiographie, retraçant son parcours chronologiquement : de l’enfance marquée par l’éducation souhaitée par son père à l’expérience précoce des migrations régulières pour Paris et du dangereux métier de maçon, de la découverte des idées républicaines et socialistes à son premier mandat de député, de son exil en Belgique et en Angleterre à son retour et ses combats politiques...

Martin Nadaud souhaite non seulement témoigner de son ascension sociale, rendue possible par l’éducation reçue enfant puis à travers les cours du soir ainsi que par les valeurs républicaines et socialistes, mais aussi rendre compte de son action politique, notamment en tant que député, n’ayant jamais cessé de défendre les ouvriers, n’ayant « jamais oubli[é] la triste condition du peuple ».

Localisation

Également dans Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon