Retour à la nuit Il m’a raconté...

Éric Maneval, Retour à la nuit, Éditions Écorce, 2009, p. 44-45.

© Éditions Écorce

— Il m’a raconté votre histoire. Ça nous intéresse. On aimerait vous voir.
Il s’exprime calmement.
— Qui ça « on » ?
— Ma collaboratrice et moi, simplement. Dès que possible. Je travaille encore ce soir, et ensuite j’ai trois nuits de repos. Après demain, si vous voulez.
— Bien. Donc vendredi. A 10h, si ça vous convient.
— Oui. Vous viendrez chez moi ?
— Si vous voulez.
— C’est un peu paumé.
— On se débrouillera. Vous vivez en Creuse, c’est ça ?
— Oui, dans un hameau, à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Saint-Léonard-de-Noblat. Commune d’Auriat. Il serait d’ailleurs plus simple qu’on se voit à Saint-Léo.
— Non, ce sera mieux chez vous. Donnez-moi le nom du hameau.
— Le Mazeau. M.a.z.e.a.u.
— C’est noté. C’est sur la carte ?
— Sur une carte très détaillée, oui.
— Très bien. Je vais quand même vous poser une ou deux questions tout de suite, si vous n’y voyez pas d’inconvénient.
Sa voix est veloutée. Il pourrait faire de la radio. Une émission nocturne, des confidences.
— Je vous écoute.
— Vos blessures, enfin, cet accident, j’aimerais connaître la date et le lieu, de manière précise.
Je cherche mes cigarettes des yeux.
— Ça s’est passé à Treignac, en Corrèze, à un ou deux kilomètres en aval du barrage, au bord de la Vézère. C’était le 26 août 1982.
— Vous pouvez être plus précis sur le lieu ?
J’en allume une.
— A un endroit, la route rejoint la rivière, il y a une petite retenue d’eau et un canal d’irrigation. Enfin, je suppose que ça n’a pas changé. C’était exactement là.

Éric Maneval, Retour à la nuit (Il m’a raconté...)
© Éditions Écorce

À propos de Retour à la nuit

[...] Tu as peur de moi, mais tu n’as pas peur de plonger dans une rivière en crue ? T’es un drôle de numéro toi. Tu vois la bouteille que j’ai dans la main ? C’est de l’alcool à 90°. Je vais en mettre sur tes blessures. Ça va faire très mal. Ça va te brûler et tu vas hurler. C’est moi qui vais te faire mal. N’oublie pas ça : moi je peux te faire du mal. Tu t’en souviendras la prochaine fois que tu voudras mourir.

Vingt-cinq ans plus tard, Antoine est veilleur de nuit dans un foyer à caractère social, près de Limoges. Il revient sur son histoire. Depuis cette cascade située près de Treignac, jusqu’à l’affaire du Découpeur.
Une nuit, dans le foyer, il montrera ses cicatrices à Ouria, fascinée, qui voudra les revoir ensuite. Et les toucher.

Localisation

Également dans Retour à la nuit