Voyage en France, Limousin Gimel...

Victor Eugène Ardouin-Dumazet, Voyage en France, 28° série : Limousin, Berger Levrault et Cie éditeurs, 1903.

Cependant, près de la gare de Corrèze, un vaste étang est d’une beauté sévère ; ses petits golfes, ses péninsules boisées, un monticule de granit a demi entouré par les eaux, relèvent l’aspect douloureux de cette lande qui porte dans le pays le nom de « champ de Brach ». Dans les plis de ce plateau dorment des eaux louches, entre les joncs immobiles. Elles vont insensiblement rejoindre une rivièrette, la Montane, qui, au-delà de Brach, est séparée par un maigre bois du sinueux étang de Rufaud. Jusque-là, cet émissaire des marais a été calme, il a lentement coulé dans son triste vallon ; soudain, un massif de hauteurs se dresse devant lui, alors la rivièrette devient torrent ; elle s’est frayé violemment un passage dans le granit et, devant elle, près du village de Gimel, a trouvé le vide. Alors elle bondit dans l’abîme par une succession de cascades qui doivent être splendides lorsque les eaux sont abondantes. En cette saison, cette année surtout, à peine un filet coule-t-il. La première chute, de 42 mètres, présente plutôt un glissement sur la roche qu’une cataracte, mais les entassements de granit, la verdure, le bloc que couronne une statue de la Vierge, composent un tableau d’une réelle beauté. Plus bas, une autre chute de 27 mètres aboutit dans la gorge dans laquelle la Montane se fraie un passage jusqu’à Tulle.

Victor Eugène Ardouin-Dumazet, Voyage en France, Limousin (Gimel...)

Localisation

Également dans Voyage en France, Limousin