Ceux de Grammont Georges Guingouin

© Manuel Bidermanas
Izis, Ceux de Grammont (Georges Guingouin)
© Manuel Bidermanas

L’œuvre et le territoire

Parmi les portraits qu’Izis réalise pour sa série Ceux de Grammont, il y a celui de Georges Guingouin (1913-2005), l’un des plus célèbres Résistants de la Haute-Vienne, surnommé « le préfet du maquis ».

Originaire de Magnac-Laval, il est élève à Bellac puis admis à l’École normale d’instituteurs de Limoges. En 1935 il est nommé instituteur à Saint-Gilles-les-Forêts.
Mobilisé en 1939, il est blessé et quitte volontairement l’hôpital militaire de Moulins pour éviter d’être fait prisonnier. En 1941, il prend le maquis et multiplie, avec ses compagnons de plus en plus nombreux, des actes de résistance et de sabotage.

En mai 1944, c’est la Haute-Vienne qui compte le plus d’hommes armés (environ 8000) ; Georges Guingouin assure le commandement des FFI. Le 21 août, ils encerclent Limoges ; les troupes du général Gleiniger capitulent. C’est sans effusion de sang que la ville est libérée.

À propos de Ceux de Grammont

En 1944, à la libération de Limoges, Izis rejoint les Forces françaises de l’intérieur (FFI) dans l’espoir de combattre ; il est affecté au standard téléphonique de la caserne Beaupuy de Limoges.
Il y installe un ersatz de studio dans un angle tendu de blanc et photographie les maquisards sans aucun artifice. Une série unique s’ensuit, Ceux de Grammont, qui s’impose comme la pierre fondatrice d’une œuvre profondément humaniste.

Localisation