Gentioux et Termignon

Entre 2 Caisses, Gentioux et Termignon sur l’album « On y est presque ! », 2009.

© Dominique Bouchery / Entre 2 Caisses
MP3 - 6 Mo
Entre 2 Caisses, Gentioux et Termignon
© Dominique Bouchery / Entre 2 Caisses

L’œuvre et le territoire

La chanson Gentioux et Termignon rend hommage aux monuments aux morts pacifistes érigés en France durant l’entre-deux-guerres par des municipalités soucieuses d’affirmer un discours résolument anti-belliciste, opposé à l’habituelle glorification des « morts pour la patrie ». L’historienne Annette Becker estime que les monuments effectivement pacifistes sont extrêmement rares (elle en estime le nombre en France à cinq ou six seulement — chiffre discuté), mais il existe un plus grand nombre de monuments d’inspiration pacifiste présentant au moins un élément supposant une vision critique de la guerre.

Le titre évoque deux monuments : celui de Gentioux, en Limousin, l’un des plus connus, et celui de Termignon, situé en Savoie.

Au milieu de ce chœur, de ce viril concert,
De ces mâles statues, ces victoires en chantant,
Quelques voix ont osé fredonner un autre air,
Quelques maires ont osé refuser l’air du temps.
Sur certains monuments aujourd’hui l’on peut lire,
Au fond du Limousin, en Savoie ou ailleurs
« Maudite soit la guerre ! » Et pour statue martyre
Un gosse au poing levé, ou une femme en pleurs

Dominique Bouchery a écrit la chanson en 2009 pour les deux groupes auxquels il appartient, Entre 2 Caisses et l’ancien duo vocal L’espoir Williams.

Localisation