Gare des Bénédictins

© Droits réservés
Roger Gonthier, Gare des Bénédictins
Photo : Colette Aymard
© DRAC Nouvelle-Aquitaine

L’œuvre et le territoire

La gare se situe à l’emplacement de l’ancienne abbaye des Bénédictins. Les travaux débutent en 1924 et le bâtiment est officiellement inauguré le 2 juillet 1929.

La gare des Bénédictins est construite au-dessus des voies sur une plate-forme en béton armé de façon à conserver le réseau des voies ferrées existantes. L’ossature de béton armé et d’acier est masquée par un habillage de pierre et de roches calcaires qui portent les ouvrages décoratifs. La silhouette générale du bâtiment est reconnaissable avec son campanile qui culmine à 57 mètres de hauteur et son grand dôme qui surmonte la coupole.

Le programme décoratif est en grande partie dû à Henri-Frédéric Varenne tandis que les verrières du hall sont de l’atelier de Francis Chigot. La façade principale rappelle aux voyageurs l’importance des arts du feu à Limoges : deux allégories féminines, aux dimensions monumentales, représentent la porcelaine et l’émail. Les écoinçons de l’arc du portail d’entrée portent deux divinités romaines : Cérès, la déesse de l’agriculture, et Mercure, le dieu des voyageurs. La façade nord propose elle aussi une représentation de Mercure : la tête du dieu romain surplombe le monogramme « PO » de la Compagnie du Paris-Orléans.

L’immense hall, de près de 4 000 m2, frappe tout d’abord par son décor de verre représentant des feuillages et rappelant ainsi la végétation du Limousin : le chêne et le châtaignier.
Les décors de stuc qui habillent l’intérieur du hall sont l’œuvre d’Henri-Frédéric Varenne qui propose quatre allégories féminines représentant le Limousin, la Touraine, la Gascogne et la Bretagne dans les écoinçons de la coupole.

Localisation