Herbailles, petits herbiers de circonstance, tome 4 : La tourbière du Longeyroux Galium uliginosum

Famille des rubiacées : gaillet des fanges collecté à l’ouest de la tourbières, en bordure humide, sol boueux et au lac de Pontcharal en juillet 2002.

© ADAGP, Paris, 2018.
Marinette Cueco, Galium uliginosum
Photo : David Cueco
Numérisation : Bibliothèque francophone multimédia de Limoges
© Droits réservés

À propos de La tourbière du Longeyroux

De 2002 à 2008, Marinette Cueco a exposé ses herbiers dans divers lieux. Chacune de ces expositions a donné lieu à l’édition d’un livret d’illustrations, grandeur nature, accompagné de textes d’écrivains.
Du 19 mars au 24 juin 2005, l’Abbaye Saint-André, Centre d’art contemporain de Meymac présente le travail de Marinette Cueco autour de la tourbière du Longeyroux.

Les alvéoles mouillées, les queues d’étangs, les sagnes, les gouilles, ces vallées sombres où la lumière est verte et les limaces noires, se nomment ribières, vasières, mouillères, roselières et tourbières.
Les plus troublantes sont les tourbières ; leur origine est si lointaine qu’elle échappe à la mémoire des hommes et la vie qu’y découvrent les initiés est obscure.
Dans ces fonds très profonds ne vit que du végétal qui les comble dans un enchevêtrement et empilement noyés d’eau glacée. Milieu pauvre, végétal pauvre, mais en surface fleurissent quelques minuscules beautés et quelques survivantes féroces dévorant l’animal que leur gracilité inoffensive et le charme de leurs sucs attirent.
Lieux magnifiques et secrets, espèces émouvantes et rares, encore protégés par leur pauvreté et leur modestie.

(Marinette Cueco)

Localisation

Également dans La tourbière du Longeyroux