Fête de la quintaine à Saint-Léonard-de-Noblat

2 œuvres

L’œuvre et le territoire

En 1951, c’est sur les conseils de son ami Robert Giraud, poète, journaliste et écrivain né à Nantiat, que Robert Doisneau photographie la fête de la quintaine qui se déroule traditionnellement le deuxième dimanche qui suit le 6 novembre, jour de la Saint-Léonard.

Créée a priori pour la première fois le 15 novembre 1620, au passage du prince de Condé à Saint-Léonard-de-Noblat, la fête de la quintaine est aujourd’hui organisée par la confrérie qui veille au culte des reliques du saint patron. Au cours de cette fête, des cavaliers armés d’un quillou (sorte de massue en bois) se lancent à l’assaut d’un modèle réduit de forteresse (la quintaine) symbolisant une prison. Cette destruction, qui mêle sacré et profane, fait partie du culte rendu par les locaux à saint Léonard, fondateur de la cité des miaulétous et saint patron des prisonniers.