Rencontre sur la Transsaharienne Fanny

Pierre Christin et Sébastien Verdier (couleurs Évelyne Tranlé), Rencontre sur la Transsaharienne, Dupuis - Aire Libre, 2014, p. 5-8.

Christin, Verdier © Dupuis 2018
Pierre Christin & Sébastien Verdier, La Transsaharienne, p.5
Christin, Verdier © Dupuis 2018

L’œuvre et le territoire

Étudiante à Limoges, Fanny s’ennuie et veut donner un sens à sa vie. Les études littéraires ne lui conviennent pas, elle veut se sentir utile et vivre une belle aventure. Elle décide donc de se lancer dans un projet humanitaire amateur avec deux amis et de parcourir le continent africain à bord d’un camion rempli de médicaments.

Les premières planches de cette BD mettent en scène Limoges et plus particulièrement le quartier emblématiques des Halles : le café rue Gondinet et la rue Lansecot. La deuxième représentation de la rue Lansecot (page 8) rend un bel hommage à la librairie indépendante Mille Bulles, spécialisée dans la bande dessinée, seule vitrine illuminée dans le dessin — qui a depuis déménagé.

À propos de Rencontre sur la Transsaharienne

Au même moment, en trois points du monde, des jeunes gens s’apprêtent pour le grand départ. En France, Fanny, Nico et Lila partent de Limoges pour l’Afrique, au volant d’un vieux bahut retapé, pour une mission humanitaire de distribution de médicaments ; Diop et Norbert, quant à eux, quittent leur village au Congo, direction le Nord, et vont aller de trajectoires aléatoires en mésaventures comme bon nombre d’émigrés clandestins ; enfin, Karim et Shafiq, jeunes fortunés des Émirats Arabes, prennent la route pour une partie de chasse dans le désert du Sahara.

Ces trois groupes de jeunes, venant de trois points du monde, n’ont rien en commun. Une violente tempête de sable sur la Transsaharienne va pourtant lier leur destin et marquer leur vie de manière indélébile.

Localisation

Également dans Rencontre sur la Transsaharienne