Amédée Trantoul, Portrait d’Eugène Trutat jeune
Amédée Trantoul, Portrait d’Eugène Trutat jeune
Collection : Museum d’histoire naturelle de Toulouse.

À propos

Né à Vernon, en Normandie où son père, militaire, est en poste, Charles Louis Eugène Trutat suit des études de sciences et de médecine à Toulouse puis à Paris. Revenu dans la ville rose, il contribue à la fondation du Muséum d’histoire naturelle dont il devient le premier conservateur en 1865. Il prend goût à l’alpinisme dans les Pyrénées, puis à la photographie. Il entreprend de nombreuses missions scientifiques de terrain, s’intéressant autant aux questions géologiques (il contribue notamment à mener l’une des premières enquêtes de glaciologie moderne) qu’aux considérations ethniques et culturelles. En témoignent ses nombreux portraits de paysans et ouvriers pyrénéens. Il peut de ce fait être identifié comme l’un des pionniers du pyrénéisme, qui diffère de l’alpinisme par l’éminente et indispensable vocation esthétique que doit poursuivre l’effort physique.

Membre de la Commission des monuments historiques de Toulouse, il se consacre totalement à la photographie à la fin de sa vie, produisant de nombreux écrits techniques sur le sujet et léguant au Muséum de la ville nombre de ses instruments. Surtout, le musée et la bibliothèque de Toulouse sont désormais détenteurs d’un fonds documentaire très important, comprenant, outre des photographies du massif pyrénéen (paysages, scènes d’ascension, guides de montagne, populations des vallées), de nombreuses représentations des villes du Sud-Ouest.

Eugène Trutat est mort en 1910 à Foix, dans l’Ariège.

Son fonds photographique a fait l’objet de très nombreuses expositions dans le Sud de la France. Technicien hors pair, proche des frères Lumière, Eugène Trutat est considéré de nos jours comme l’un des premiers professionnels de la photographie documentaire de montagne.

Œuvres liées