Lu Bouéradour din lu toupi Et l’Amélie guérit

© Droits réservés

E la Milí gariguet

Lu pitit Micheu de chas Codena venguet querre lu curat de Bienconfessat e li disset :
— Ma paubra meinin vai murir. Chas nos vos fam dire, monsur lu curat, que ‘la vòu lu Bon Diu avant de murir.
Qu’eria bassetz tard, mas lu curat, brav’òme tot a fet, coma ne’n avia dins queu temps, se faguet pas prejar. Sitòst lu pitit Micheu partit, eu masset sa sotana, son berbiari, l’òstia per los darriers sacraments e lu veiquí partit querre son mairilhier que damorava a La Landa.
Lu grand Piere que fasia lu mairilhier despuei que me suvene, n’eria pas colhon, lu filh de garça. Eu s’entendia bien aveque lu curat. Ilhs aimavan tots dos jugar a las cartas e quò ‘nava bien entau.
Quand lu curat borret a la pòrta, lu grand Piere fasia sa manilha aveque daus vesins.
— Dija, mon Piare, fau venir coma me portar lu Bon Diu a la mair Codena que se ‘chaba, faguet lo curat.
— E be — disset lu mairilhier — si fau l’i ‘nar, ‘nam l’i ; mas cresia pas que la Milí sia si bassa…
Vei-los-qui partits…
Lu grand Piare portava la lanterna e lu curat portava lu Bon Diu. Per ‘nar pus viste, ilhs trauqueren un champ de rabas ; e ardit que te traulhe dins quelas rabas !
Lu mairilhier que ‘nava davant s’entraupet e tombet. Lu curat que lu seguia de pres tombet sus se e se metet de credar.
— Fuec de Diu ! Mairilhier, i ai perdut lu Bon Diu ! Coma far ?
Lu mairilhier cherchet son coteu ; copet un bocin de raba e disset :
— Eu n’es pas perdut lu Bon Diu ; l’ai trobat. Vei-lu-qui !
— A ! Tant mielhs ! — faguet lu curat. Quò me’n balhava. Si n’aviam degut ne’n tornar querre n’autre, nos nos auriam pas ‘gut coijar. Portam-lu viste de paur de lu tornar perdre.
Quand ilhs riberen tota la familha eria assemblada autorn de la paubra mair Milí. Lu curat li balhet viste lu Bon Diu. ‘La se metet de mascholhar e de s’esbabinhar…
— A, mon Diu — faguet-la — t’as bien gost a raba !…
Ilhs se meteren tots de purar e de dire :
— La paubra, la desparla ; l’es bien perduda…
Lu mairilhier disset :
— Si ‘la desparla entau, qu’es meschant signe.
E ben, cresetz-me si vautres voletz, la mair Mili gariguet e ‘la n’es beleu d’engueras pas mòrta.

Panazô, Lu boueradour din lu toupi (E la Mili garigué)
© Droits réservés

L’œuvre et le territoire

Cet extrait raconte la mystérieuse guérison de l’Amélie, après avoir reçu du curé et du sacristain — venus pour lui donner les derniers sacrements — une étonnante hostie.

À propos de Lu Bouéradour din lu toupi

Lu Bouéradour din lu toupi est une revue trimestrielle de textes de Panazô. Elle se compose de trois fascicules : le premier et second écrit respectivement en mai et décembre 1956 et le troisième en mars 1957.

Le bouéradour est un outil typiquement limousin qui sert à blanchir les châtaignes.

Bonus

  • MP3 - 1.9 Mo
    Panazô, Lu Bouéradour din lu toupi (E la Mili guarigué)
    Lecture par Jean-François Vignaud ; enregistrement : AVEC en Limousin.
    © Droits réservés

Localisation