Le Pain noir volume 4 : La Dernière Saison En débouchant...

Georges-Emmanuel Clancier, Le Pain noir, Omnibus, 2001, p. 914.

© Robert Laffont

En débouchant sur la vaste esplanade en pente, où se tenait le Champ de Foire, les premiers rangs du cortège eurent un moment d’hésitation : là-haut, devant la prison, l’infanterie se tenait prête à charger. Mais les milliers d’ouvriers qui continuaient à grimper la côte, et qui ne voyaient rien d’autre que la foule qu’ils composaient, bousculèrent la tête du cortège. Rien n’arrêterait ce flot aveugle, obstiné, qui montait aux sons de l’Internationale, rien ne l’arrêterait que le mur de la prison.

Georges-Emmanuel Clancier, La Dernière Saison (En débouchant...)
© Robert Laffont

L’œuvre et le territoire

Cet extrait évoque l’enterrement de Camille Vardelle, mort lors des soulèvements ouvriers de 1905.

À propos de La Dernière Saison

La Dernière Saison est l’ultime tome du grand cycle romanesque Le Pain noir de Georges-Emmanuel Clancier.

Pour la famille Charron le combat quotidien contre la faim et la misère est terminé, mais d’autres luttes plus terribles menacent les hommes. L’aube du XXe siècle n’a pas tenu ses promesses de liberté et de justice pour les porcelainiers. 1905 : la révolte gronde chez les jeunes syndicalistes et le sang coule sur les pavés de Limoges. 1914 : les hommes partent à la guerre pour en revenir mutilés dans leur chair et blessés dans leur âme.
Il y aura d’autres grèves, d’autres guerres, mais pour Catherine, après la mort d’Aurélien, son compagnon de toujours et son époux, après le départ de Frédéric, devenu le maître des ouvriers, lui le fils de l’ouvrière trop souvent humiliée, après la souffrance et le désenchantement, c’est le temps de la sérénité et des souvenirs...

(Robert Lafont)

Localisation

Dans la même série Le Pain noir