Émile de Girardin

La Lune, n° 36, 11 novembre 1866.
Les Hommes d’aujourd’hui, n° 11, 22 novembre 1878.

André Gilll, Émile de Girardin
Source : Bibliothèque municipale de Bordeaux.

L’œuvre et le territoire

André Gill, à plus d’une dizaine d’années d’intervalle, prend Émile de Girardin pour sujet de ses caricatures. Le premier « portrait-charge » qu’il réalise pour la Lune en 1866 semble faire référence aux « emportements » envers l’Empire que l’homme de presse et homme politique (anciennement député, notamment de la Creuse) publie dans la Liberté et pour lesquels il est poursuivi. Son autorisation, reproduite au-dessous de sa caricature, établit sa cohérence dans sa lutte contre censure :

Si je refusais à la Lune l’autorisation que la loi l’oblige à me demander, je contredirais tout mon passé, car ce serait admettre la censure et reconnaître ce que je ne reconnais pas : l’inégalité entre la plume et le crayon.

Lorsqu’en 1878 André Gill et Félicien Champsaur prennent Émile de Girardin pour sujet du onzième numéro de leurs Hommes d’aujourd’hui, ce dernier, toujours homme de presse avec son journal la France, est alors député de la Seine ; il poursuit son combat contre la censure et œuvre à l’élaboration de la loi sur la presse qui sera votée en 1881. D’où sans doute ces plumes affutées pour chaque jour de la semaine, alignées à la façon des travées de sièges de la Chambre des députés.

Localisation