Portrait d’Élie Berthet
Gravure publiée dans Le Progrès Illustré (supplément littéraire du Progrès de Lyon), numéro 8, dimanche 8 février 1891.
Source : numelyo, bibliothèque numérique de Lyon.

À propos

Élie Berthet est un écrivain, auteur de nombreux romans et nouvelles.

Né à Limoges en 1815 de parents négociants, Élie Berthet montre, très jeune, un goût prononcé pour l’étude de la nature, se faisant botaniste et entomologiste, et pour la lecture, occupations qui l’amènent à délaisser quelque peu ses devoirs, au grand dam de son père. Pourtant, il obtient « en rhétorique et en philosophie, les deux premiers prix d’excellence » et, à l’issue de son collège, à l’âge de seize ans, il part pour Paris, au prétexte d’y faire son droit, où il s’installe grâce à l’argent de la vente de ses collections naturalistes.

D’abord répétiteur et professeur, Élie Berthet doit attendre 1835 pour publier ses premiers textes, au Siècle où il devient secrétaire de rédaction. Il poursuit son intense travail d’écriture et devient dès 1840 un feuilletoniste à succès qu’il convient de « placer en tête de la liste des romanciers laborieux et intelligents » selon Mirecourt qui loue le sérieux, l’application de l’auteur, lançant quelque perfidie à l’encontre de ses concurrents ou des directeurs de journaux.

La fécondité d’Elie Berthet ne peut se comparer qu’à celle d’Alexandre Dumas seul, avec cette différence, que le premier n’a jamais eu l’ombre d’un collaborateur, et que le second en a eu par milliers.

[...]

On accuse Elie Berthet de manquer de style.
Mieux vaudrait dire qu’il a été jeté forcément, comme beaucoup d’autres, dans cette littérature à bâtons rompus que le journalisme, depuis vingt ans, met à l’ordre du jour et qu’il paie au rabais en ne laissant jamais à l’écrivain le temps de corriger et de revoir son œuvre.

Élie Berthet apparaît comme un précurseur à Émile Zola, le Limoges illustré trouvant « la genèse de Germinal » dans Les Houilleurs de Polignies.

Œuvres liées