Droséra

depuis 2014

L’œuvre et le territoire

Droséra, du grec ancien « couvert de rosée », est le nom d’une plante carnivore présente dans les tourbières du Limousin, sujet du projet éponyme de Julie Navarro.
Fascinée par leur esthétique atemporelle et les millions d’années inscrites dans leurs profondeurs, Julie Navarro propose de sonder les mystères que ce paysage a traversé au fil des siècles et les traces laissées par la main de l’homme.

C’est d’abord une expérience intime qui m’a confrontée physiquement au paysage des tourbières du Limousin. Leur esthétique atemporelle, les brumes oniriques, les parfums d’humus et de terres, les bruits de l’eau dispersée dans l’immensité des étendues, l’ondulation des herbes m’ont absorbée et mise en dialogue avec la surface de ce paysage irréel. [...] La terre de tourbe, issue de la lente décomposition partielle de la sphaigne, croît au rythme d’un millimètre par siècle, elle transporte une densité historique puissante, de l’âge du christ à l’âge de fer. Les palynologues peuvent y lire, à travers l’analyse des pollens, les liens philosophiques, politiques, spirituels qui unissent l’homme et le paysage. La tourbe est une mémoire vivante qui témoigne des engagements de l’homme.
C’est cette histoire des hommes et de la nature, enracinée dans des espaces-temps mouvants, que j’ai voulu interpréter et fixer dans une esthétique nouvelle.