De bon matin à la pointe du jour...

Enregistrement audio, 1989.

© Droits réservés

De bon mandin a la poenta dau jorn
Jan pitit Jan s’en vai a sas labors
N’aguet pas fach ’na reja o doas
Qu’un bon Monsur venguet a passrar

Vai, dija donc, pitit Jan mon amic
Me montrarias-tu pas lo chamin ?
Mon bon Monsur quand sei sa mon jornau
Ne quite pas aitau mon bestiau

Ai ben ’gut vist Pitit Jan dins lo temps
Que tu n’eras pas si eissolent
Te rappelas-te quand te venias
Quand te venias per me damandar
Dau blat dau lard si t’en volia prestar

Mon bon Monsur lo temps passat n’es pus
Qu’es lo Bon Diu que zò a volgut

E si tots lòs paisans s’entendian
Tos lòs borges laborarian
E las damas gardarian las oelhas

René Mondoly, De bon mandin a la poenta dau jorn
Transcription réalisée par Jean-François Vignaud.
© Droits réservés

L’œuvre et le territoire

Ce dialogue entre un bourgeois et un paysan « rebelle » est très répandu en Limousin, sous diverses versions, mais lui est particulier.

Françoise Étay, 2017.

Cette chanson, que Patrice Coirault, figure marquante et originale de l’ethnomusicologie du début du XXe siècle, n’a relevé qu’en Limousin dans ce qui devint le Répertoire des chansons françaises de tradition orale, s’inscrit dans la tradition bien régionale des chants rebelles et moqueurs.

De bon mandin a la poenta dau jorn... (De bon matin matin à la pointe du jour...) présente la rencontre entre un bourgeois et un paysan laboureur. Le premier demande son chemin au second qui, bien occupé, refuse de lui répondre, non sans insolence.

Localisation