David Ossipovitch Widhopff

À propos

Né en 1867 à Odessa (Crimée), David Ossipovitch Widhopff intègre l’Académie royale des beaux-arts de Munich après avoir été diplômé de l’Académie impériale d’Odessa. À l’âge de 20 ans, il arrive à Paris et entre à l’Académie Julian où il passe trois ans en compagnie notamment de Maurice Denis et Paul Ranson, suivant également les cours de Bouguereau, chantre de l’art officiel.
De retour à Paris après un bref séjour au Brésil où il dirige une école des beaux-arts, David Ossipovitch Widhopff participe au Salon des artistes français et aux autres grands salons de peinture.
Installé à Montmartre, il y rencontre les célébrités de la Belle Époque qu’il croque avec ironie dans des portraits-charges reproduits dans le Courrier français aux côtés de ceux de Forain. Il réalise aussi au détour du siècle et encore dans les années vingt des affiches pour la célèbre galerie Vollard et des cartons de tapisserie pour la manufacture de Beauvais.

Widhopff fut loué tant pour la diversité de ses moyens d’expression qui lui permettaient de manier à la fois le crayon pour des dessins subtils et la brosse pour de larges compositions vigoureuses, que pour sa physionomie expressive qui associait conquête de la couleur et humour. Il sombra néanmoins dans l’oubli après sa mort en 1933, en raison sans doute du désintérêt longtemps manifesté par les historiens à l’égard des illustrateurs et assurément de la disparition d’ensembles décoratifs spectaculaires, comme celui réalisé pour le Cirque-Théâtre de Limoges (1924).

Œuvres liées