Château d’eau de Boussac

© Droits réservés
Château d’eau de Boussac
Photo : Ph. Andrieux, Service territorial de l’architecture et du patrimoine de la Creuse
© Droits réservés

L’œuvre et le territoire

Jusqu’en 1870 l’alimentation en eau de la ville de Boussac se fait simplement par des puits, avant que ne soient mis en place de nouveaux captages et un réservoir de distribution. Pour répondre aux besoins des 1300 habitants, il est décidé en 1930 d’aménager un nouveau château d’eau se superposant à l’ancien réservoir en reprenant sa forme et ses dimensions au sol. Sa construction est achevée en 1935.

L’édifice a la particularité de présenter une enveloppe de briques dans un style Art déco très sobre réalisée par l’entreprise locale Poulenat. La salle des vannes trapézoïdale est accessible par un escalier extérieur donnant sur un ensemble de cinq baies disposées sous un arc de briques en plein cintre. Cette salle possède une corniche en léger décrochement soulignée par de petits créneaux en brique très espacés, rappelant le décor au sommet du fût.

Le réservoir est directement installé sur le plafond de la voûte de la salle du rez-de-chaussée et prend la forme d’une tour. Au-dessus se trouve un espace libre permettant en cas de besoin d’intervenir sur le haut de la cuve. Une enveloppe décorative en briques revêt l’ossature de béton.

A l’intérieur du château d’eau, en haut de la coupole, on trouve l’inscription : « 1935 LARADIA ou LABADIA MARIAUM ». Il pourrait s’agir du nom du chef de chantier.

Le système, initialement prévu, d’utilisation du premier réservoir en complément, n’a jamais fonctionné même si le raccordement entre les deux structures a bien été fait. Actuellement, le château d’eau assure l’approvisionnement du centre-bourg mais à une faible pression ne correspondant pas aux normes en usage. C’est pourquoi le réseau d’eau potable doit être basculé sur celui de Merveranges, celui de Boussac n’assurant plus que la distribution nécessaire au service public de la ville et aux bornes incendie. Le bâtiment nécessite une restauration, notamment de son enveloppe en briques.

Localisation