Châsse-reliquaire de Saint-Étienne

1170-1175

Châsse reliquaire, en bois, cuivre et émail.

Châsse Saint-Étienne à Gimel
Photo : Florian Marty
CC by-nc-nd AVEC en Limousin

L’œuvre et le territoire

La châsse de Saint-Étienne serait la première en Limousin à présenter un décor hagiographique comportant des têtes en relief. Son iconographie reprend, sur la face principale, la Passion de Saint-Étienne. Trois épisodes chronologiques répartis de bas en haut illustrent sa prédication, son arrestation et sa lapidation. Jadis destinée à l’église Saint-Étienne-de-Braguse, elle est aujourd’hui conservée dans le trésor de l’église Saint-Pardoux, à Gimel-les-Cascades.

D’origine païenne, issu d’une illustre famille limousine, Dumine se convertit, se fit baptiser et choisit la carrière des armes. Parti à la bataille de Vouillé, il avait laissé sa mère en Limousin, sous la garde de quelques hommes d’armes. À son retour, il ne retrouva que le cadavre de celle qu’il aimait tendrement : sa mère avait été torturée et assassinée par des barbares Wisigoths. Très affligé, il décida de fuir le monde et de prendre le bâton de pèlerin. Un jour, un ermite rencontré en pays lointain, lui conseilla de retourner en Limousin, d’y mener une vie contemplative comme la sienne et il lui remit les reliques de Saint-Étienne.

(Jean de La Pradelle)

Lorsque vers 1892 Gaston Vuillier s’installe définitivement à Gimel, et y rédige En Limousin, il prend bien soin de relater toutes les curiosités du village et de ses alentours. Outre de s’attarder sur les nombreuses richesses naturelles du village (dont ses cascades), il se lance également à la conquête de son histoire, remontant savamment jusqu’au temps du roi Clovis.

Nous avons décrit le rocher désert de Saint-Étienne de Braguse où, du temps du roi Clovis, vivait Saint-Dumine, un guerrier qui devint anachorète. Des récits transmis d’âge en âge racontent la construction de l’oratoire par ce saint et l’édification au XIIe siècle d’une église paroissiale dont nous avons rencontré les ruines au fond de l’Inferno. Le presbytère de Gimel conserve un trésor provenant de cette antique chapelle, une superbe châsse de Limoges, du XIIe siècle, en émail, champlevé, dont les faces représentent la vie de Saint-Étienne, un buste en argent de Saint-Dumine que la piété des seigneurs de Gimel fit ciseler pour enfermer son crâne, une custode émaillée et un bois sculpté d’un beau caractère, représentant la Vierge tenant le Christ étendu sur ses genoux : trésor précieux peu en rapport avec la pauvreté de la paroisse.

(Gaston Vuillier)

Localisation