Chanson

1170-1225

Les Troubadours : l’œuvre poétique, Desclée de Brouwer, 2000, p. 120-123.

Dompn’ab un baisar solamen
Agr’eu tot cant voil e desire,
E prometetz lo-m e no-us tire,
Sivals per mal de l’enojosa gen,
Qu’aurian dol, si-m vezían jauzen,
E per amor dels adreitz, cui plairía ;
Qar engalmen s’atang a cortesía
Q’om fass’enoi als enojos qe-l fan
Et als adrecs fassa tot qant voldran.

Gui d’Ussel, Chanson (Dame avec un baiser tout seul...)

L’œuvre et le territoire

Pendant longtemps, Gui d’Ussel aime Gidas de Mondas, dame de Provence, la sert, fait en son honneur maintes bonnes chansons et l’élève en grand mérite et grand renom. Et comme il la prie, elle lui dit :

Gui d’Ussel vous êtes un gentilhomme, tout clerc que vous soyez, vous êtes fort loué et estimé, et moi je vous veux tant de bien que je ne peux me défendre de faire tout ce qui doit vous plaire. Je suis une dame riche et je veux me marier. Aussi vous dis-je que vous pouvez m’avoir, soit pour maîtresse, soit pour femme ; choisissez vous-même à quel titre vous me voulez.

Gui d’Ussel en est très heureux et demande conseil à son cousin Élias... Ce dernier lui confie que lui voudrait mieux être son mari que l’amant. Mais Gui ne la veut pas pour épouse ; et il dit dans sa tenso qu’il préfère être amant que mari. Aussi, la dame, après la réponse que lui fait Gui, s’en va et prend pour mari un chevalier de Catalogne qui a nom Renardon et elle congédie Gui d’Ussel disant qu’elle ne ferait pas son amant d’un homme qui ne fût pas chevalier.

Bonus

  • Sol lo be que-m prezenta :
    Sos bels olhs e-l franc vis,
    Que ja plus no-m cossenta,
    Me deu aver conquis.
    No sai per que-us en menta,
    Car de re no n…

    Bernard de Ventadour, Chanson (Les grâces qu’elle m’offre...)
    Les Troubadours : l’œuvre poétique, Desclée de Brouwer, 2000, p. 82-83.

Localisation