Ceux de Grammont

L’œuvre et le territoire

En 1944, à la libération de Limoges, Izis rejoint les Forces françaises de l’intérieur (FFI) dans l’espoir de combattre ; il est affecté au standard téléphonique de la caserne Beaupuy de Limoges.
Il y installe un ersatz de studio dans un angle tendu de blanc et photographie les maquisards sans aucun artifice. Une série unique s’ensuit, Ceux de Grammont, qui s’impose comme la pierre fondatrice d’une œuvre profondément humaniste.