Carrières de Saint-Sylvestre

Plaque au gélatino-bromure d’argent, 13 × 18 cm.
Collection : Bibliothèque francophone multimédia de Limoges.

Jean-Baptiste Boudeau, Carrières de Saint-Sylvestre
Numérisation
© Bibliothèque francophone multimédia de Limoges

L’œuvre et le territoire

Les campagnes n’abritent pas que des activités liées à l’agriculture même si beaucoup demeurent imbriquées dans l’économie rurale. Le sous-sol limousin est riche de carrières et de mines. Les carrières de granit de Saint-Sylvestre fournissent à la Belle Époque la matière première indispensable aux bâtiments et aux rues de la cité porcelainière alors en pleine expansion. Les carriers constituent un groupe socio-professionnel clairement identifié qui assure l’interface entre villes et campagnes proches. En contact régulier avec le monde urbain, ils répandent dans les villages les idées nouvelles. Ce peut être là une explication à la précocité de l’inclination socialiste du canton d’Ambazac.

(Dominique Danthieux)

Ainsi, les carrières de Saint-Sylvestre (nom d’un pape du IVe siècle, justement patron des carriers et des tailleurs de pierre) ont alimenté en granit les chantiers de construction de l’Hôtel de Ville, de la Préfecture...

Localisation