Réserve de bois – Ça va ?

Serge Vacher, Réserve de bois, Geste éditions, 2014, p. 131-132.

© La Geste

– Ça va ?
– Pas de problème.
Sacha avait beau faire le fier, il ne l’était pas trop. C’était une chose que de vendre des chaussures de luxe à des jolies femmes, c’en était une autre que de se retrouver avec quatre garçons aussi beaux les uns que les autres à attendre ces mêmes jolies femmes, dans une salle luxueuse, genre salon de thé, simplement meublée de tables basses et de fauteuils ou canapés profonds. Les murs étaient couverts de tissus pourpre et or ; il y avait des lumières tamisées planquées derrière des appliques dorées ; quelques toilettes de faïence trônaient sur des commodes rococo... Tout était du meilleur mauvais goût. On aurait dit un décor de film pour maison close du Ménilmuche d’avant guerre, la première. On s’attendait à tout instant à voir débarquer Toulouse Lautrec, le nez au creux des seins d’une greluche enjuponnée prête à l’abordage. C’est du moins l’idée que s’en faisait Aziz à la lecture de Cendrars ou d’après les toiles du fameux Toulouse Lautrec. Il n’aimait pas trop ça. Il trouvait ça un peu lourdingue. Mais Luc Gardel savait ce qu’il faisait :
« Il faut qu’il y ait une touche un peu “Boxon”. Nos clientes recherchent ce côté canaille. Oui, elles ont l’impression d’être dans le salon d’accueil du Moulin Rouge, non, elles ne sont pas dupes. Justement. Ce clinquant les fait sourire. Et voir des garçons beaux comme vous quatre se mettre... euh... à leur service, ça les trouble méchamment. »
Ça les troublait effectivement au point que chacune se fendait facilement de cinq cents euros pour profiter du salon d’accueil organisé par Luc.
Il avait loué un appartement avenue Turgot, pas loin de la Médiathèque. Le loyer n’était pas si cher que ça : une toute petite cuisine, une salle de bain minuscule ne convenaient guère à une vie de tous les jours. Mais Luc s’en moquait. Une grande salle de plus de cinquante mètres carrés et deux petites chambres allaient très bien pour l’utilisation qu’il souhaitait faire de cet appart.
Les jolies dames aimaient bien le style rococo que Luc avait donné au salon. Son business marchait bien. Mais Aziz trouvait tout de même ça un peu chargé.

Serge Vacher, Réserve de bois (– Ça va ?)
© La Geste

À propos de Réserve de bois

Cemal, originaire de Sivas en Turquie, vit à Bourganeuf, en Creuse, depuis plusieurs années. Il a monté sa petite société de bucheronnage avec d’autres immigrés turcs comme lui. La boîte tourne bien et Cemal est contacté par une société importante dans l’import-export de bois pour qu’il prospecte pour elle en Turquie en échange de 5000 euros par voyage, de quoi faire venir sa famille en France rapidement. Mais les choses tournent mal et la dépouille de Cemal est retrouvée au pied d’une tour dans la ZUP de l’Aurence à Limoges.

Localisation

Également dans Réserve de bois