C’est l’hiver...

Marie-Noëlle Agniau, L’Esprit et la Lettre dans L’Indicible Frontière, n° 4, 2003.

© L’Indicible Frontière

C’est l’hiver nous y donnons une forme aux choses le jardin est désolé figé cristallin c’est comme si tu parcourais clairement des feuilles uniques au devenir de grande époque machines centenaires pièces inchangées au moulin de Soubrebost — là où sèche sous les toits le papier blanc on fait peau neuve — il se trame un habit d’intérieur là où sèche le papier — la machine du dernier typographe se cherche un apprenti pour faire l’archive de la mémoire et faire le jeu des centenaires — les poissons sont dans l’étang bien visibles et donc vulnérables — c’est le peu de discipline que l’on trouve en mon jardin. Bref. Ne va pas prendre les choses par le côté où elles s’achèvent mais va les prendre oui ces choses — par le côté où les choses sont — et se poursuivent — voilà c’est le bon côté — le côté de présence — les machines centenaires attendent le jeune homme dans l’atelier — là où les feuilles sèchent — la mécanique de tous les gestes. Bref. Ne va pas prendre les choses par le côté du temps — le côté du terme — mais oui prends ce côté par lequel les choses font école prends l’espace et donne du champ. Prends la perspective des textes futurs — et ton angle d’attaque. Il est maintenant qu’on excède une vision pour plus tard avec portes et fenêtres. Bref. Ne va pas interpréter mes traces toujours dans le sens de la disparition. Sors de chez toi. Lève le regard. Et marche dans les rousseurs de la neige. Comme l’oracle de Balaam fils de Béor — l’on manquait de calcium sous les doigts.

Marie-Nöelle Agniau, L’Esprit et la Lettre (C’est l’hiver...)
© L’Indicible Frontière

L’œuvre et le territoire

Marie-Noëlle Agniau écrit L’Esprit et la Lettre après avoir visité le moulin du Got à Saint-Léonard-de-Noblat ainsi que l’atelier du typographe René Salsedo aux Portes-Ferrées à Limoges et après fait, un autre jour, une grande virée en Creuse, vers Soubrebost — ce qui donne dans le texte « le moulin de ... Soubrebost ». Il y a ainsi, quelque part dans le texte, l’empreinte floue de René Salsedo ! Le dernier homme, le dernier typographe !

Bonus

  • MP3 - 2.8 Mo
    L’extrait « C’est l’hiver... » de L’Esprit et la Lettre lu par Marie-Nöelle Agniau
    Enregistrement : CRL en Limousin
    © L’Indicible Frontière

Localisation