Bourrée dite « de Meuzac », « de Montgibaud » ou « de Benayes »

https://vimeo.com/230901638
Captation VHS réalisée à Saint-Martin-Sepert (Corrèze) par Françoise Étay le 20 février 1988.
© Françoise Étay et al.

L’œuvre et le territoire

Cette forme de bourrée a été longtemps largement connue dans un petit secteur à cheval entre le sud de la Haute-Vienne et le nord-ouest de la Corrèze. Selon les protagonistes, on a pu l’appeler « bourrée de Meuzac », « bourrée de Montgibaud » ou « bourrée de Benayes ». Ici, un certain nombre de danseurs s’étaient rassemblés à Saint-Martin-Sepert, à l’invitation de Jan dau Melhau. Celui-ci a, dans sa jeunesse, recueilli des témoignages de centenaires attestant que cette façon de danser était connue depuis au moins le Second Empire. On y reconnaît l’influence de la contredanse, mais la dissociation des parcours de la chorégraphie et des phrases musicales est une des caractéristiques de la quasi-totalité des bourrées observées en Limousin.

Françoise Étay, 2017.

Localisation