Arcanda, le corps vivant Boucher-charcutier

© Valentine Vermeil
Valentine Vermeil, Arcanda, le corps vivant (Boucher-charcutier)
© Valentine Vermeil

L’œuvre et le territoire

« Boucher-charcutier » : il cherchait le meilleur morceau, Ahun.

À propos de Arcanda, le corps vivant

Cette série d’images a été réalisée dans le cadre d’une résidence d’artiste en Creuse à LaMétive.
En référence à la peinture du XIXe siècle représentant des scènes de la vie quotidienne pastorale, j’ai poursuivi ma recherche sur le corps et ses expressions. M’interrogeant sur les manières de s’impliquer physiquement dans une activité professionnelle, j’ai développé ce travail autour de plusieurs axes : l’harmonie du geste, où l’homme fait corps avec son environnement et la relation corps/nature, où l’homme a un rapport direct avec la matière environnante.

Ma démarche photographique est proche du documentaire poétique, m’inspirant des données factuelles d’un lieu, d’une situation ou d’une personnalité, je tente de les transcender afin de donner à voir une réalité magnifiée. Les thématiques abordées sont liées à des questionnements personnels, mes sujets de prédilection traitent de l’humain, en tant qu’identité et être social lié à un territoire.

(Valentine Vermeil)

Localisation

Également dans Arcanda, le corps vivant