À mots rompus Bersac

José Millas-Martin, À mots rompus, Fondencre, 2010.

© Fondencre

La France entière sur les routes
Celles du Nord de l’Est vers le Sud
Dizaines de kilomètres cohortes
un peuple apeuré fuyant la guerre
Ravages aveugles chasseurs-bombardiers
Des gens Leurs chariots à chevaux
bourrés objets ustensiles quotidiens
le bétail suit

Un grand-père
transporte dans une poussette
son petit-fils ensanglanté
De la Nationale 20 vers Razès
il regarde ce défilé parias
innocents et hagards sans sommeil

À Bersac coule le Rivalier
et ses truites
Il vit dans une cousinerie
un bistrot tabac limousin
où les paysans viennent boire
leur verre de rouge et causer débâcle
parfois un éclat sourd
bombardements à quelques kilomètres

Et dans les bois
le sourire complice
de cette jeune fille
aux premières tachycardies
du cœur

José Millas-Martin, À mots rompus, « Bersac »
© Fondencre

L’œuvre et le territoire

Avec ce poème, paru initialement en 2002 dans le recueil Le Temps et l’espace, José Millas-Martin illustre d’une certaine façon le fameux vers de Jacques Prévert

Quelle connerie la guerre

À propos de À mots rompus

À mots rompus est une sélection de textes extraits de livres publiés au cours d’un demi-siècle de création poétique. Des inédits complètent ce parcours du poète explosif et drôle, José Millas-Martin.

Localisation