C’était écrit comme ça Au lieu de ça...

Didier Jean et Zad, C’était écrit comme ça, 2 Vives Voix, 2010.

© Droits réservés

Au lieu de ça, un soldat de la division Das Reich a forcé Marcel à grimper à l’échelle. Celui qui aurait dû être mon père a senti la corde se resserrer sur son cou puis les barreaux se dérober sous ses pieds. Quand il a été pendu à l’un de ces balcons fleuris du quartier de Souilhac, il n’avait que 21 ans.

Didier Jean et Zad, C’était écrit comme ça (Au lieu de ça...)
© Droits réservés

À propos de C’était écrit comme ça

La journée aurait dû commencer très simplement... Mais au lieu de ça, le 9 juin 1944, la terreur a été semée dans la ville de Tulle par la division SS Das Reich, brisant le cours normal de la vie de ses habitants.

Le livre de Didier Jean et Zad raconte en planches et illustrations alternées ce qui aurait dû se passer dans la vie du narrateur s’il était né : le mariage de Gaby et Marcel qui auraient été ses parents, sa naissance celle d’une sœur, leur enfance, le déroulement d’un quotidien paisible puisque « c’était écrit comme cela »… et ce qui s’est passé : l’arrestation de Marcel parmi d’autres raflés, leur attente, leur angoisse puis leur pendaison aux balcons du quartier de Souillac. Ils furent 99, 149 autres furent déportés.

Localisation

Également dans C’était écrit comme ça