Voyage en France, Limousin Aixe-sur-Vienne...

Victor Eugène Ardouin-Dumazet, Voyage en France, 28° série : Limousin, Berger Levrault et Cie éditeurs, 1903.

Aixe est un des points où le val atteint le plus de pittoresque. Les collines hautes, vertes, hardies, nobles de forme se mirent dans le large flot retenu par un barrage. La petite ville se dresse en amphithéâtre sous les ruines d’une forteresse féodale ; un vieux pont élargi et alourdi de nos jours relie les deux rives ; au confluent de l’Aurence se dresse une singulière chapelle aux assises de briques séparées par des cardons de pierre blanche. Beaucoup d’hôtels, de restaurants, de guinguettes sur les rives de la Vienne et de l’Aixette débouchant d’un vallon sinueux et étroit. Rivières et ruisseaux ne sont pas seulement la grâce du paysage, ils en sont aussi la vie en faisant mouvoir les usines qui font d’Aixe une succursale industrielle de Limoges. […] Des moulins moussus enfouis sous les arbres égaient de leur grâce rustique le vallon de l’Aixette, ouvert sous les restes d’un château des évêques limousins. La vigne, si rare, pour ne pas dire complètement absente, dans le reste du département, fut autrefois cultivée ici, mais le phylloxera a détruit le petit vignoble dont le vin un peu vert faisait la joie des parties de campagne et de pêche. […] Au-delà d’Aixe, la beauté de la vallée s’accroit encore. La Vienne, large, claire, tantôt torrent des Vosges, tantôt lac endormi, embrassant des îles, bruissant contre les rochers, est toujours superbe. Près de la gare de Verneuil, il y a tout un archipel d’îlots de granit disposés en collier et revêtus d’arbres luxuriants ; ces îlots sont si exigus, que parfois un seul arbre y trouve place ; les plus étendus sont des tapis de verdure dont la pelouse est sans cesse rafraîchie par la poussière d’eau s’élevant des rapides.

Victor Eugène Ardouin-Dumazet, Voyage en France, Limousin (Aixe-sur-Vienne)

Localisation

Également dans Voyage en France, Limousin