La Capture Abeilles

© La Huit
https://vimeo.com/149656006
© La Huit

À propos de La Capture

Pierre Bergounioux est l’un des auteurs majeurs de notre temps, avec, depuis 1984, une production riche et foisonnante de romans et d’essais essentiellement. Mais c’est par le biais d’une de ses grandes passions, l’entomologie — qu’il avait évoquée dans Le Grand Sylvain (Verdier, 1993) —, que Geoffrey Lachassagne l’approche dans La Capture.

Il y a six mois, nous sommes partis ensemble sur le plateau de Millevaches. Je lui avais demandé d’y capturer pour nous ses insectes préférés : un scarabée, un papillon, des hoplies. Nous avions dix jours. C’était le mois de juin, il aurait dû faire beau, les insectes auraient dû pulluler. Mais ç’aurait été trop beau, trop facile. Ce n’aurait pas été le plateau. Ce n’aurait pas été Pierre.

Geoffrey Lachassagne

La Capture, c’est aussi celle de l’écrivain — et donc d’un corps et d’un parler virtuose, très proche de son style écrit... À travers elle, c’est toute l’œuvre de Pierre Bergounioux qui affleure, et en particulier le soin avec lequel il a peint la Corrèze, les sensations et émotions qu’elle suscite — et qui constituent le territoire commun de ces deux « enfants du pays ».

Localisation

Également dans La Capture