À la maison mortuaire

Huile sur toile, 160 × 258 cm.
Dépôt du CNAP au musée de l’Ardenne – Ville de Charleville-Mézières.

Allan Österlind, À la maison mortuaire
Photo
© Musée de l’Ardenne – Ville de Charleville-Mézières

L’œuvre et le territoire

Allan Österlind connaît la vallée de la Creuse depuis les années 1884-1885.
En octobre 1886, la famille Österlind et leur ami Ernst Josephson, peintre suédois, s’installent à Lépaud en Creuse où ils décident de passer l’hiver en compagnie également de Christian Skredsvig, artiste norvégien, et de son épouse.

Au cours de l’hiver, Allan Österlind peint cette imposante veillée mortuaire qu’il destine au Salon. C’est grâce à ce tableau qu’il obtient, dès 1887, son premier succès : une mention honorable et un achat de l’État au Salon annuel de 1887. Ceci constitue à l’époque une véritable avancée dans la carrière d’un artiste. Celle d’Allan Österlind a donc été lancée en grande partie grâce à son séjour en Creuse et aux motifs qu’il y a trouvés.

Localisation