La Creuse et les ruines de Crozant

Huile sur toile, 72 × 99 cm.
Legs du docteur Bord en 1954 au musée de Guéret.

Armand Guillaumin, « La Creuse et les ruines de Crozant »
Cliché : C.O. Darré

L’œuvre et le territoire

Cette vue des ruines de Crozant, datée de 1897, est prise depuis la côte de Saint-Jallet ; une inscription au revers de la toile précise qu’elle a été exécutée le matin : information de première importance pour un peintre impressionniste pour qui les heures du jour ont un effet induit sur la perception du paysage. Nous savons d’ailleurs que dans l’emploi du temps très réglé de Guillaumin, celui-ci travaille sur des créneaux horaires très précis (de 4h à 8h le matin et de 16h à 18h l’après-midi) et ne travaille jamais au même endroit le matin et l’après-midi.

Armand Guillaumin utilise ici un premier plan courbe et large repoussant le panorama des ruines vers le haut du tableau. Utilisant la « loi du contraste simultané » il juxtapose des couleurs complémentaires : vert et rouge dans la partie inférieure du tableau, bleu et orange dans la partie supérieure. Cette technique largement utilisée par les impressionnistes permet d’exalter les couleurs et de les porter au plus haut degré d’intensité visuelle.

Localisation