Palissade 36, rue de Sauviat

Franck Villemaud, Palissade, Taurnada Éditions, 2014, p. 12-13 et p. 15.

© Taurnada Éditions

Un mois et quelques que j’habite ici et j’y prends un goût certain.

Je n’en bouge d’ailleurs quasiment pas, hormis pour faire quelques courses au Super U trois cents mètres plus bas ou chez le buraliste cinq cents mètres plus haut, en évitant du coup de tout faire le même jour pour m’éviter trop de route.

Sinon je ne sors pas, la vie en société m’est encore bien trop effrayante.

Pour le reste, tout vient à moi gentiment : ma toute nouvelle allocation d’adulte handicapé sur mon compte courant, la musique en boucle émanant de mon ordi à mes oreilles, et les femmes, de plus en plus et de plus en plus souvent, entre mes murs.

Franck Villemaud, Palissade
© Taurnada Éditions

L’œuvre et le territoire

Tout récemment installé dans son petit appartement du 36, rue de Sauviat à Limoges, Fred cherche à fuir l’écœurement que lui procure ce rappel de l’hôpital psychiatrique, à fuir sa solitude en planifiant d’inutiles travaux.
Solitude qu’il entretient d’ailleurs savamment, réduisant le plus possible les interactions et les efforts, si ce n’est avec des compagnes d’un après-midi, approchées sur Facebook.

À propos de Palissade

Fred est mort il y a six mois à peu près, une nuit de fin d’été 2014.
Il allait avoir bientôt quarante ans.

[...]

Ah oui ! parce qu’au fait : Fred c’est moi, enfin c’était.
Et pour parvenir à ma fin, j’aurai malgré tout eu besoin d’un peu d’aide, une forme d’assistance technique, on va dire.

En la personne tordue de Roland.

Roland, 52 ans, ancien légionnaire.

Roland, l’ami de ma vie.

Ainsi s’ouvre Palissade, avec ce chapitre 0, qui situe les personnages de ce thriller en huis-clos, se déroulant au 36, rue de Sauviat à Limoges.

Suite à une séparation douloureuse et à un passage en hôpital psychiatrique, Fred s’installe au 36, rue de Sauviat, dans un petit appartement vite meublé, à la terrasse vite équipée elle aussi d’une table et de deux chaises de jardin. Très rapidement, Fred rencontre son voisin, Roland, ancien légionnaire de 52 ans. Fred se reconstruit à travers les soirées passées avec Roland aux sons du rock, à l’issue desquelles la terrasse est jonchée de cadavres de bouteilles et de mégots, ses conquêtes d’une journée, sans guère sortir de chez lui, si ce n’est pour faire quelques courses ou se réapprovisionner en cigarettes.

Le roman, construit en courts chapitres, sous forme de compte à rebours, revient sur les événements conduisant à cette triste fin ; mais de suspicions en certitudes, de rebondissements en révélations, Palissade étonne son lecteur.

Palissade a fait l’objet d’une adaptation théâtrale, du 22 au 25 avril 2015 à l’espace Noriac à Limoges.

Localisation

Également dans Palissade