Calendrier de l’Avent 2016

© ADAGP, Paris, 2018.
François Bouillon, Calendrier de l’Avent, 1er décembre 2016
© ADAGP, Paris, 2018.

L’œuvre et le territoire

En ces jours d’avant le solstice d’hiver et le retour de la lumière, des signes venus de la nuit apparaissent aux fenêtres de l’abbaye. Les images de François Bouillon gravitent autour d’une phrase de Paule-Marie Duquesnoy :

un enfant ouvre la fenêtre du temps

Pour la première fois des mots s’écrivent sur quatre des vingt-six fenêtres.
De l’attente, propice à l’accomplissement de rites immémoriaux, naissent un à un les dessins, sortes de hiéroglyphes à multiples significations, qui parlent la langue des étoiles, des nuages et de l’homme éternel.
Les formes et figures colorées suscitent l’imaginaire du spectateur.
Arrêt sur image.
L’histoire se déroule.

À propos de Calendrier de l’Avent

Depuis 2005, l’Abbaye Saint-André — Centre d’art contemporain de Meymac participe à l’impatience qui précède les fêtes de fin d’année en invitant un artiste de notoriété internationale à réaliser pour la façade de l’ancienne abbaye un calendrier de l’Avent monumental.

Ainsi, chaque jour, à partir du 1er décembre, une fenêtre du centre d’art, transformée en caisson lumineux, s’illumine avec l’image du jour (imprimée sur une bâche aux dimensions de la fenêtre). Elle s’ajoute aux précédentes dans une progression jusqu’au 25 décembre, où les deux dernières images apparaissent. L’ensemble reste ensuite éclairé et visible par tous, tel un fanal dans la nuit, jusqu’à la mi-janvier.

Ce projet original et exceptionnel, véritable rendez-vous limousin, est rendu possible par son mode de financement : l’Abbaye Saint-André — Centre d’art contemporain de Meymac lance chaque année une souscription auprès des particuliers, entreprises ou collectivités, et les dons affluent du Limousin et de bien au-delà.

Localisation

Également dans Calendrier de l’Avent